Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 15:44

Des castors et des roses


Dans le jardin d’une vieille maison, était gravé dans un immense vieil arbre l’image de 2 castors Jack et Mella s’enlaçant et s’embrassant une larme remplie de joie à l’œil. Un immense cœur les entourait. Ils faisaient face à un rosier magnifique dont les gouttes de rosée projetaient une pétillante lumière se reflétant sur le dessin de l’arbre. La fille de la grand-mère qui habitait là autrefois, nous raconte leur histoire. Autrefois Jack se faufilait dans ce  jardin où poussaient de magnifiques rosiers afin d’y dérober un pétale. Pour cela il secouait l’arbuste de ses pattes pour faire tomber les fleurs car il était trop petit pour les atteindre. De sorte qu’une fois son action terminée on aurait dit qu’un ouragan était passé par là, l’arbuste était explosé. Roses et pétales jonchaient le sol comme un épais tapis !! Il prenait donc son trophée soigneusement sélectionné et retrouvait Mella toujours au même endroit sous un arbre non loin de la maison. Là il humidifiait de sa salive son pétale puis le donnait à sa compagne qui copia son geste. Il rumina quelques paroles et l’enterra à une certaine profondeur toujours identique. Et ils attendirent non loin de là près de leur hutte. Ce fût ainsi tous les 15 jours, même jour, même heure,  même maison. Celle-ci appartenait à une vieille dame un peu déboussolée qui avait pour seule famille sa fille venue l’aider à entretenir la propriété et le jardin. Chaque fois celle-ci pestait quand elle voyait l’état du rosier car dans la ville de rosetown où elles habitaient, il était de  coutume d’en posséder un dans son jardin sinon tu étais rejetée de la communauté et tu vivais en reclus !!  Chaque fois elle devait donc en replanter un ce qui l’agaçait beaucoup,  elle avait déjà assez de travail comme ça avec sa mère !! Qui pouvait bien en vouloir à leur rosier ? Ce n’était pourtant pas le seul de la région quand même !!! Un jour elle planqua une caméra pour savoir à qui elle avait à faire et ce qu’elle vit la stupéfia : un castor mais pourquoi ? Elle décida de le suivre. Elle  le vit faire son rituel avec un autre castor et attendre. Une heure plus tard comme rien ne se passait, elle les vit se regarder, murmurer quelques paroles, se tourner vers l’endroit où était enterré le pétale et visiblement ils avaient l’air désespéré. Mais qu’attendaient-ils ? Elle en parla à sa mère qui décida de la suivre curieuse. Puis un jour dans un jaillissement de pétales et de bulles d’eau, jaillit un magnifique rosier tout étincelant de gouttelettes sorti d’on ne sait où !! Incroyable ! Le castor poussa des cris de joie ce qui attira sa compagne qui, en voyant le résultat versa de chaudes larmes et l’embrassa. Ils pleurèrent ainsi de joie devant ce magnifique rosier ! Ils avaient réussi !! Le symbole de leur amour éternel !!!


FIN


Anne DELMONT

Cree-anne.over-blog.com

13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 05:58

Rose blanche

 

La rose blanche, posée sur le bureau de l’élève

Support pour le cours de botanique de ce lundi

Si peu de fragrance mais, peut-être oubliée

Elle nous récompense tout de même

De sa nature chiffonnée, douce et délicate.

Oh !! D’un revers de main maladroite

Là voilà revêtue d’une couleur cendrée

Malheureux !! dit le maitre que lui as tu fait ?

Triste et ennuyé, l’enfant cherche la solution

Puis, fait appel à la petite perle d’eau.

En caressant doucement ses pétales

Petit à petit, la rose retrouve sa beauté, sa légèreté, sa pureté

 

 

Elise


11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 08:14

L’Insatisfaite

 

Comme dans beaucoup de contes, celui-ci met en opposition deux adolescentes qui, bien qu'étant  jumelles  étaient en totale opposition l'une de l'autre, tant  au niveau physique que moral. En effet, si Rose était d'un doux caractère et, la grâce personnifiée, Blanche était colérique et sans que l'on ait pu dire qu'elle fut  disgracieuse, elle n'en était pas moins banale. Rose était bienveillante et altruiste, l'irascible Blanche, trouvait toujours une bonne raison pour faire endosser à sa jumelle ses sottises et ses fautes, tant elle en était jalouse. Si Blanche était souvent réprimandée et à juste raison, Rose elle, était toujours légitimement complimentée. Tant est si bien que Blanche voulait à tout prix devenir une seconde Rose et lui ressembler trait pour trait, comme c’est souvent le cas entre des jumelles au point, que l'on puisse les confondre. Alors le soir, lorsqu'elle était dans son lit et que nul ne pouvait l'entendre, un  leitmotiv revenait sempiternellement. Dans une colère contenue, elle disait :  

 

- Je voudrais devenir Rose, pourquoi je ne suis pas Rose, tout en étant  Blanche; je voudrais devenir Rose… Et c'était ainsi chaque nuit. Le sommeil venait la surprendre alors qu'elle formulait  inlassablement, cet  inconcevable souhait.

 

Or, un matin aussi incroyable que cela puisse paraitre, la jeune fille en s'éveillant, put constater que son vœu s'était  enfin réalisé. Elle était bien devenue Rose tout en restant Blanche mais…. au fond du jardin, et sur une haute tige hérissée d'épines. Une fée en début de fonction se fut-elle  trompée sur le sens du terme ? Nul ne le sut jamais, mais chaque matin on pouvait voir au fond du jardin, sur cette belle Rose Blanche, des gouttelettes que l'on pensait être de rosée et qui n'étaient autres, que les larmes que versait la nuit l'insatisfaite, en demandant de recouvrer son humaine apparence.

 

Dominique 
 
 
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 18:33

Le vent et les pétales.

 

Sur la rose, pensée douce se repose, soie fragile dans l’instant qui se fige.

 

Mais le vent chiffonnier se dispute les pétales, lequel vais-je choisir ?

 

Et si je les emportais tous, là-bas, près de celui qui guette ce message farceur ? Oui, da, se dit-il, arrachons les un à un, tourbillonnons-les gentiment, plaisamment.

 

Ainsi, pétales emmêlés s’en furent étonnés dans un jardin paré de piquets alignés.

 

Que nous as-tu ici menés, brigand de vent, dirent-ils à cet empoté, ne vois-tu pas que nous manquent pistils et étamines, que jamais plus nous ne pourrons fleurir ?

 

Las ! Las ! répondit ce coquin, point n’est venue à moi l’idée de la reproduction.

 

Sommes-nous, pauvres hères, condamnés à joncher l'herbe froide? Point d'avenir! Point d'espoir! Point de promesse d'aube nouvelle! Se lamentaient-ils les uns avec les autres.

 

Ne le connaissez-vous pas, pétales stupides, votre pouvoir de fleurir le jour naissant ? Grande douceur, vous donnerez, grande tendresse, propagerez. Beauté soudaine étonnera la paupière, larmes d'amour, lames de vie. Éparpillez vos couleurs, elles se multiplieront dans le regard de celui qui sait voir.

 

Ainsi le vent posa de ci de là les pétales d'une rose, toute nue, toute fragile, qui soupirait espérant que les pans de sa robe nacrée feraient fleurir des sourires.

 

 

Polly


http://lecritconjure.blogspot.fr

 

8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 06:11

Noce au jardin des plantes

 

Jour de fête au jardin des plantes, Les roses trémières étaient venues sur leur trente et un. Elles contemplaient admiratives, les nouveaux mariés, une petite églantine fraiche et rose, au bras d’un laurier rouge, un couple splendide et rayonnant.

La noce battait son plein, chaque massif de fleurs dansait à en perdre haleine…

Dans un coin du jardin, assise sur un rocking-chair, l’arrière grand-mère de la jeune épousée portait, pour l’occasion, une tenue élégante et sombre qui accentuait sa prestance, malgré son grand âge. En s’approchant pour la saluer, les roses trémières virent combien elle était bouleversée. Dans sa dignité, elle n’osait laisser couler ses larmes de tendresse, seule une perle de rosée, au bord de sa paupière, révélait l’intensité de son émotion.

 

ABC

 

http://detente-en-poesie.over-blog.com

3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 12:20

 

Me voilà donc "en retard", comme le lapin blanc, pour vous donner l'image que j'avais sélectionnée pour notre jeu du mois de mai...

 

Lorsque je l'ai vue, j'ai imaginé que mon texte à moi se terminerait ainsi : "Tout au fond du jardin, une rose pleurait."

 

J'ignore ce que sera le vôtre...

 

La photo est de Joëlle, notre partenaire pour ce nouveau jeu.

 

130223_Joelle_Chen.jpg

 

Larmes de joie ou de chagrin, je les ai trouvées tellement belles chez notre amie que je suis sûre que vous trouverez les mots qu'il faut pour acccompagner cette fleur unique.

 

Merci à tous ceux qui participeront à ce jeu et merci encore à Joëlle Chen pour sa photographie.

 

(Nous avons reçu ici aussi le mail qui nous demande de passer sur la nouvelle plateforme. Comme pour la Bibliothèque, je vais attendre un peu, le temps d'informer tous les membres de notre communauté et que nous y soyons contraints. La migration de ce blog entraînera la fermeture de La Petite Fabrique d'écriture, je n'y tiens pas.)

 

N'oubliez pas les consignes qui permettent de publier plus facilement vos textes ici.

 

...

Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.