Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 20:57

 

Le va et vient…

 

Le temps qui va

Le temps qui vient

Vers nous revient…

 

 

Ton coeur qui bat

Qui vient vers moi

Joignant le mien

 

 

Soleil glorieux

Va au zénith

Revient demain

 

 

Quand la mer monte

Tu me reviens

Au bord des vagues

Je te retiens

 

 

Je m’en irai

Si tu le veux

Je reviendrai

Si je le peux

Pour nous aimer

Encore un peu…

 

 

Marine D

 

http://dans-les-voiles.over-blog.com

 

Le texte a été publié par son auteur à l'adresse suivante :

http://dans-les-voiles.over-blog.com/article-tout-et-son-contraire-73879153.html

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 11:55

 

Écrire ou ne pas écrire….

 

 

Écrivez me souffle l’avocat de la partie civile

Écrivez pour vous défouler

Pour hurler

Pour dire

Pour chanter

En poème ou en prose, qu’importe !

Écrivez pour vous libérer !!

 

N’écrivez surtout pas plaide l’avocat de la défense

Vous allez vous enferrer,

En dire de trop

Vous mettre à nue

Vous exposer aux yeux de tous

Pour peut-être le regretter

N’écrivez pas ! juste en vous

Ou alors, laissez la page blanche

Elle sera ouverte au monde…

 

Alors, je fais quoi ?

J’écoute l’un ?

Puis l’autre ?

J’aime écrire

Mais pas me dévoiler !

J’aime écrire,

Mais brûle mes écrits

 

Alors…je remplis des pages blanches

À l’encre de mon cœur

À l’encre de mon âme.

Peu savent aller au-delà des mots déposés

Entre les lignes, mots soufflés mais non écrits

Mots qui s’envolent

Pour des interrogations souvent

Des espoirs

Des joies parfois

Des larmes aussi,

Mais… je ne les écris pas,

Le vent les emporte

Au sommet des montagnes

Ou les cache au fond du cayolar…

 

 

Mahina

 

http://adishatz.over-blog.net

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 13:02

 

Avocaillons à l'occasion

 

- cher ami, c'est bien dit je ne voterai plus !

le monde politique à nos dépens s'engraisse,

le système a pour moi une insigne faiblesse,

ses péchés aujourd'hui de tous sont bien connus.

les candidats dès lors qu'ils sont enfin élus

s'empressent d'oublier leur plus belle promesse :

servir vraiment le peuple en toute honnêteté

ne pas favoriser amis ni parenté

n'être point à genoux devant toute richesse...

 

- mon ami tu nous fais un bien triste discours,

plein de démagogie facile et désolante.

tes fameux arguments me paraissent trop courts

on les trouve partout de manière insolente !

pour rejeter ainsi ce qui reste un devoir

tu n'auras plus le droit d'émettre une critique

moralement, bien sûr mais en toute logique,

contre ceux que le peuple a portés au pouvoir !

 

non-moralité...

en guise d'excuse

de votre patience j'abuse

retenez la leçon

de cette piètre discussion

et ce n'est point assez que d'être en écriture

d'alexandrins un fervent

pour faire bonne littérature...

elle n'a que faire, c'est chose sûre

du meilleur des sentiments

fermez les bans !

 

Jean-Marie

 

http://www.passage1.com

 

Le texte a été publié par son auteur à l'adresse suivante :

http://www.passage1.com/article-avocaillons-a-l-occasion-73341821.html

Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 12:59

 

La bibliothèque de tante Paula

 

Ma tante détient beaucoup de livres anciens dans sa bibliothèque, est-elle grande ? Est-elle petite ? Depuis longtemps déjà, elle m’a fait savoir qu’elle m’invitera à y entrer, mais ce jour tarde à venir……

 

Sachant qu’elle s’absente régulièrement quelques jours avant Noël et qu’à cette occasion notre mère s’occupe de sa maison j’en profiterai pour l’accompagner et…..

 

Ce jour venu, nous nous rendons chez ma tante, une fois arrivées, maman me dit qu’elle a oublié quelque chose à la maison et doit absolument y retourner, et me laisse donc seule ; quelle aubaine !!!

 

La bibliothèque se trouve au premier étage, et sur la droite en haut du palier. J’ai largement le temps d’y aller avant qu’elle ne revienne.

 

L’escalier m’invite à l’emprunter donc, je monte les premières marches et puis je redescends .De nouveau je monte l’escalier, arrivée sur le palier me voila devant la porte, je l’ouvre et la referme aussitôt car si ma tante apprenait elle ne serait pas contente puisqu'elle ne m’a pas donné son aval. Puis elle a peut-être oublié sa promesse…

 

Alors tant pis je rentre à nouveau et ressorts aussi vite. Non je ne peux pas. Je lui demanderai quand elle sera de retour. Pourtant Je reste là devant cette porte, personne ne saura alors, J’y vais ? Je n’y vais pas ??

 

Au bout de quelques minutes l’envie est trop forte et je pénètre dans la pièce. Les murs ne sont que des rangements habités par tous ces livres, parcourant ces étagères, un livre retient mon attention, il dépasse d’entre les autres, il parait très abîmé, il est très épais, sur sa couverture un beau dessin, Je le prends puis le remets en place…..Mais ma curiosité me pousse à voir ce qu'il renferme.

 

Je le saisis donc, et le pose sur le coin de la table à dessin et là…….Quelle découverte !!!

 

Élise

Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 12:56

 

Parler ou me taire ?

 

Parler ou me taire ?

Parler, c'est faire taire, ne plus écouter

c'est risquer de ne plus entendre et de ne plus voir

c'est nourrir le vacarme ambiant

c'est moi avant l'autre

 

Me taire, c'est laisser la parole

c'est mieux voir, mieux entendre, mieux comprendre

c'est permettre le silence

c'est l'autre avant moi

 

Parler ou écrire ?

 

Écrire, ce n'est ni parler, ni se taire

c'est faire silence

c'est voir et écouter

c'est peser ma parole

et ne la donner que si elle a du poids

Écrire, c'est commencer par murmurer ma parole

c'est me taire un peu et parler un peu

 

J'ai besoin de parler, de me taire et d'écrire

Parler, c'est entrer en relation, me dire, demander, expliquer,

Me taire, c'est permettre à quelqu'un de se dire et d'advenir

c'est réfléchir, discerner, mûrir une pensée

Écrire, c'est mieux dire l'intime et le complexe

 

Je ne peux à la fois parler, me taire et écrire

Si je parle trop, je deviens bavardage

je ne peux plus me taire ni écrire

Quand je me tais trop longtemps

je m'isole et j'inquiète

Écrire m'est nécessaire

pour aller plus loin qu'en parlant

 

 

Ce que je dois choisir

en parlant, en me taisant ou en écrivant,

c'est la parole qui mène à l'existence

 

Le pèlerin

 

http://le.jardin.du.pelerin.over-blog.fr

 

Ce texte a été publié par son auteur à l'adresse suivante :

http://le.jardin.du.pelerin.over-blog.fr/article-parler-ou-me-taire-73321749.html


Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 11:27

 

Plus j'accélère... et plus je ralentis,

 

C'est le triste constat que je me fais tous les matins où le devoir m'appelle. En tant que femme active et mère de surcroit, j'ai des horaires bien scrupuleux à respecter si je ne veux pas arriver en retard au travail. Pour résumer, je dois me rendre au Point A avec Marmaille 1 & 2 à 08H20, ce qui implique un départ impératif à 08H05 précise ... horaire rarement possible à respecter car Marmaille 1 ou Marmaille 2 refuse de se vêtir, d'avancer ou tout simplement se chamaillent, si bien que pour arriver au Point A à l'heure prédéfinie, la sueur coule à flot, les pneus de la poussettes crissent sur le sol à chaque virage, l'air s'engouffre dans mes cheveux à cause de la vitesse, les enfants courent ou survolent le trottoir de leurs pas tellement je les presse, l'école est dans notre champs de mire, dernière accélération, il est 08H20, notre mission est remplie sauf que je me suis cassée le nez devant la porte close, alors je freine toute haletante devant la classe, arborre mon plus beau sourire d'impatience en attendant la maîtresse. Elle arrive, il est 08H21, j'accompagne Marmaille 1 à coller ses étiquettes ... Oui, il mange à la cantine, oui il dort à la sieste... pendant que Marmaille 2 prend ses aises dans la classe. Il est 08H25, Marmaille 1 bise sa Maman et Marmaille 2, mais Marmaille 2 refuse catégoriquement de quitter la classe, alors mon sang ne fait qu'un tour de formule 1, je le cramponne, le barricade dans la poussette pour arriver au Point B à 08H30 chez Nounou déposer Marmaille 2. La course poursuite reprend puisque 500 mètres séparent l'école du domicile de ma nounou, les roues de la poussette couinent à nouveau, mes aisselles transpirent et crient à l'accalmie, mais pieds intentent un procès à mes talons, dernier virage et j'arrive à 08H31 chez ma nounou. Je sonne à l'interphone, ... qui ne répond pas, d'une vitesse vertigineuse, je passe à une posture complètement statique qui permet à ma sueur de s'écouler tranquillement le long de ma corps. 08H32, la porte s'ouvre, j'arpente l'ascenseur jusqu'au 12 étage...je jette Marmaille 2 chez Nounou car il est 08H34 et pour arriver au Point final à 09H, je dois passer par le point C récupérer ma voiture au plus tard à 08H40...J'appelle l'ascenseur, qui ne vient pas, ... je décide à 08H36 de dévaler les escaliers et permettre à la sueur de reprendre son état initial. Par chance, ma voiture est au pied de l'immeuble de ma Nounou, il est 08H42... je peste car je ne trouve pas mes clés de voiture, et que mon sac regorge d'affaires aussi bien utiles (déo) qu'inutiles (pommes de pin ramassés par les enfants, cailloux, coquillages ...). La sueur retombe, mais le temps ne s'arrête pas, il est 08H44 et j'arrive juste à poser mon derrière dans ma voiture pour enclencher successivement la première, la deuxième, puis la troisième, ... mais jamais la quatrième, car je dois freiner pour respecter un feu rouge, un stop, un enfoiré qui me coupe la route, un vieux qui n'avance pas (qui recule ?), un vélo qui se prend pour un 4 roues, des travaux, toujours des travaux, encore des travaux, des ramassages de poubelles, ... les mauvais jours, j'écume toute cette liste et arrive péniblement à 09H10 au travail, et le pire étant que dans les bons jours où je peux accélérer ma vitesse assez librement et que les éléments sont avec moi, ... j'arrive à 09H05 ! Le calcul est simple, je gagne 5 infimes minutes à me mouiller les dessous de bras par 3 fois sans compter les maladies générés par ce stress et ces coups de froids à répétition.

A partir de lundi, décision est prise, je ralentis pour épargner mes vêtements dès le matin, et j'accélère ma production d'hormone du bonheur en virant montre et stress dès le matin.

 

Noemy Perin

 

http://parentheses-d-ecriture.over-blog.com/

 

Le texte a été publié par son auteur à l'adresse suivante :

http://parentheses-d-ecriture.over-blog.com/article-plus-j-accelere-et-plus-je-freine-73305704.html

Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 11:20

 

Un sacré dilemme

 

Je me faisais une joie de ce voyage au Maroc ! Je nous voyais déjà, Antoine et moi, à lézarder sous le soleil et à découvrir les merveilles de Casablanca. Depuis cinq ans que nous vivions ensemble, nous n'étions pas partis en vacances une seule fois, privilégiant notre avenir. Nous avions enfin réalisé tous nos projets professionnels, l'achat de notre maison et mis suffisamment d'argent de côté pour nous offrir le voyage dont nous rêvions depuis longtemps. Nous avions posé nos congés en même temps afin de profiter de trois semaines complètes de dépaysement.

 

Je sirotais mon café et rêvassais à nos prochaines vacances, quand mon téléphone portable a sonné. C'était ma super copine Noémie. Celle qui est partie vivre aux États Unis et que je n'avais pas revue depuis 3 ans. Après l'euphorie de ce contact, le couperet est tombé. Elle m'annonça qu'elle comptait passer ses prochaines vacances en France, et que celles-ci tombaient les trois dernières semaines d'août, justement la période où Antoine et moi devions partir.

 

Que faire ? Décevoir mon Antoine en lui annonçant qu'on ne pourrait partir au Maroc cette année encore ou décevoir ma super pote, en lui annonçant qu'à son arrivée en France, je m'envolerais pour le Maroc avec l'homme de ma vie. Les deux alternatives m'étaient insupportables et pourtant, je devais faire un choix. D'un côté le Maroc, ses splendeurs, son soleil, ses marchés … et de l'autre, trois semaines de pur délire avec ma copine de toujours, celle avec qui j'avais toujours tout partagé jusqu'à ce qu'elle décide de s'envoler vers le nouveau monde. Comment choisir entre trois semaines idylliques en compagnie de l'homme qui faisait de moi la femme la plus heureuse du monde ou des retrouvailles explosives avec mon alter ego, ma soeur de coeur ?

 

Je décidai de lui parler de ma position et c'est elle-même qui trouva la solution : elle avait encore la possibilité de changer ses congés pour les prendre en septembre.

 

Naniloup

 

http://lepetitmondedenaniloup.blogspot.com

 

Le texte est publié chez son auteur à l'adresse suivante :

http://lepetitmondedenaniloup.blogspot.com/2011/05/un-sacre-dilemme.html

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 17:45

 

Je peux… Faire ou être


 
Je peux faire
Je peux ne pas faire
Je peux faire
Je peux défaire
Commencer
Recommencer
Cesser d’agir
Je peux m’agiter, courir
Faire palpiter les heures
Gigoter les jours
Les trouver trop courts
Je peux relâcher
Prendre mon temps
M’abandonner
Palpiter
Déguster chaque instant
Oublier le temps
Oublier les heures
Oublier les jours
Oui, je peux faire
Ou laisser faire
Je peux faire ou je peux être
Je peux choisir
Car j’ai tout pouvoir sur moi.


Adamante
 


http://adamante-images-et-reves.over-blog.com/

 

Le texte a été publié chez son auteur à l'adresse suivante :

http://adamante-images-et-reves.over-blog.com/article-je-peux-faire-ou-etre-73210599.html

Partager cet article
Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 17:38

 

En avant toutes - machine arrière

 

 

C’est d’un pas en avant puis d’un autre en arrière

Que je règle ma vie mes deux pieds sur la terre ;

Comme c’est rassurant d’un pas c’est bien assez,

Mes souliers sont usés je n’ai pas avancé.

 

Je ne sais si je dois parler ou bien me taire

Et réfléchis longtemps des propos salutaires :

Parler de politique ou bien de l’air du temps

Est un vrai casse-tête qui me prend tout mon temps.

 

Devant le cinéma je ne fais pas mon choix,

J’arpente le trottoir et retourne chez moi,

Manger les yeux bandés - la faim me le conseille,

Puis la télé fermée je fais de longues veilles.

 

Une femme pourtant tenta bien de me plaire :

Toutes me plaisent hélas alors comment choisir,

De telle décision je n’ai plus le loisir,

Ni faire ni choisir voilà ce qu’il faut faire !

 

Ne me demandez pas ce que je fais demain,

Il me faudra la nuit pour en voir le chemin

Et d’accord avec tout je fais tout le contraire :

Connaître ma pensée, essayez de le faire !

 

 

JCP


http://chansongrise.over-blog.com/

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 17:25

 

With or without you

 

Être avec ou sans toi,

Dichotomique pensée

Je voudrais l'ignorance véritable,

et tu serais le versant impensé

de ma vie, un désert de sable

 

 

Et le « Être sans toi » ne serait plus

l'unique pulsation de ton absence, mais

un « sans » dépourvu de sens

oui,

enfin, la délivrance

 

 

et même, mes mains sans importance,

et même, mon regard appauvri,

« sans toi » , je ne me trahirais plus,

Pas un passé,

l'Impassé , « Sans toi »

 

 

Mais alors, terrible gage,

Jamais avoir été Avec toi

Des nuits sans la clarté

des heures passées avec toi,

Des jours sans les songes

Que tu m'as apportés

 

 

Être avec toi

demain peut-être,

Car tes « toujours » sont trop grands,

pour mes mains dans les tiennes,

Être avec toi,

dans tes rires et tes éclats,

et ces silences aussi, qui t'appartiennent,

Oh, dis moi, que je m'en souvienne,

Dis moi encore « Avec toi »

 

 

Valdy

 

http://valdy.over-blog.com

 

Le texte a été publié par son auteur à l'adresse suivante :

http://www.valdy-a-dit.com/article-with-or-without-you-73145494.html

Partager cet article
Repost0

Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

Le nouveau blog a été supprimé le 19 août 2020 sans sauvegarde, j'en suis désolée.

Si vous désirez que les texte parus sur Wordpress soient de nouveau publiés ici, vous pouvez me les envoyer à l'adresse habituelle.

Merci !

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Archives

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.