Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 11:22

 

Un goût de paradis

   
 

C'était en Savoie, pour la Fête-Dieu, de grandes processions étaient organisées de calvaire en calvaire selon un itinéraire inconnu de moi....

 

 Ce que ma tendre enfance savait, c'est que cette date était précédée d'un effeuillage en règle du magnifique rosier qui tronait devant la maison....

 

 Dans une corbeille (celle en osier pour le linge, vidée à cet effet) une montagne de pétales capiteux attendaient le jour "j", le temps que, nous, les filles préposées à la fête, habillées de blanc de pied en cape et les garçons en suplis d'enfants de choeur, plongions nos mains jusqu'aux épaules dans cette suave fraicheur embaumante !

 

 Couronne blanche sur la tête, chemisier et jupe plissée, socquettes bien remontées sur nos grèles jambes, un panier tout enrubanné de blanc aussi accroché à notre cou par un large ruban de satin, nous défilions, deux par deux, derrière les enfants de chœur en rouge et blanc, le prêtre sous un dais avec l'ostensoir au niveau de son front !

 

 C'est là, que je rentrais au paradis, me fondant dans ce paysage de fleurs et d'encens, car les encensoirs allaient bon train, aspergeant le prêtre et l'hostie consacrée ostensiblement montrée, de colonnes de fumées capiteuses ; le tout mêlé à des jets de pétales au rythme des encensoirs gorgés d'encens, je me pâmais, j'étais pétales, encens, premiers soleils .....

 

J'humais Dieu dans cette orgie d'odeurs mêlées, sans oublier de faire un baiser sur chaque poignée tirée du panier, avant d'émettre ce geste auguste d'envollée et de lâcher les pétales comme sœur Thérèse de l'enfant Jésus... l'eût probablement fait !

 

Je n'oubliais pas d'économiser les poignées, les faisant de plus en plus petites, surtout vers la fin pour avoir toujours, toujours... des pétales à baiser et à offrir!

 

Cette petite fille de neuf ans avait des ailes blanches qui lui poussaient, un cœur d'encens qui s'exhalait,et des pétales au bout des doigts qui la faisaient décoller de terre... la foi, pensais-je naïvement, non le ravissement... j'ai rarement collé à une situation avec autant de ferveur et de certitude que je croyais, que c'était là une forme bassement humanisée du paradis !

 

Il m 'arrive de rappeler à ma mémoire cette osmose toute tendre, fleurant bon la rose et l'encens...ou "tout n'est que luxe, calme et volupté", notre être tout entier dans les choses et leurs "exhalaisons"... présence totale !

 

Marie Henriette

Partager cet article

Repost 0
Published by azacamopol - dans 2011
commenter cet article

commentaires

Catheau 19/02/2011 08:46


Ivresse et vertige d'un mariage mystique, vécu avec toute la puissance imaginaire de l'enfance.


Senta 14/02/2011 16:12


Ce texte a beaucoup de charme, et m'a remémoré les fêtes-Dieu de mon enfance... Senta


kranzler 14/02/2011 05:22


Moi, du jardin de mes parents, je me rappelle surtout les lupins. Je voudrais plonger tout entier dans un buisson de lupins, pour tout dire.


jean-marie 13/02/2011 18:36


ces processions !
quel souvenir !
ton texte est très beau et très évocateur
moi je m'y baladais en balançant un encensoir
geste mopins gracieux
et je n'ai jamais ressenti , je crois, une "osmose " semblable à ce que tu décris si bien
amicalement
jean-marie


Martine du JdV 12/02/2011 13:23


le plaisir ! tous les sens en éveil !
comment ne pas en garder un souvenir ravi !
merci de ce partage !


Bab 10/02/2011 15:23


P.S. : Désolée de t'avoir volé ce "thuriféraire" que tu voulais utiliser dans ton texte mais je n'ai pas pu résister. Bises


Bab 10/02/2011 15:08


Tandis que dans ma mémoire le thuriféréraire balançe dangereusement son encensoir vers les jupes de nylon, je me remémore une chanson de Brassens dont le seul couplet puisse être reproduit ici sous
peine de me montrer gravement iconoclaste :

"Tous les cœurs se rallient à sa blanche cornette,
Si le chrétien succombe à son charme insidieux,
Le païen le plus sûr, l'athée le plus honnête
Se laisseraient aller parfois à croire en Dieu.
Et les enfants de chœur font tinter leur sonnette..."


Dan Rodgerson 10/02/2011 13:13


L'expérience mystique est de tout âge et peut arriver à tout moment. pour qui est croyant, c'est un beau témoignage


Quichottine pour Azacamopol 10/02/2011 11:37


Merci.

J'ai imaginé cette petite fille habillée de blanc qui retarde au maxmum le moment où elle ne sera plus cet ange qui jette des poignées de pétales de roses...

Moment unique.


Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.