Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 08:16

Place de l’imaginaire.


 

En bas, dans la rue, les passants sont étranges.


Ils se promènent sans tête, ils vont, ils viennent et ne regardent rien. Normal puisqu’ils n’ont pas de tête, sauf que ça ne veut pas dire qu’ils n’ont pas d’œil ni d’oreille, tout est caché sous un chapeau de solitude et de pensées vaines et tristes.


Nous, ici, sur cette place de l’imaginaire, on se connait tous, plus ou moins bien, mais tous un peu. On se raconte des histoires, et quelquefois des secrets : on rit, on pleure, on partage, selon l’humeur, la joie et la colère aussi. Parfois on porte des robes de fée, des chaussons de lutin, des ombrelles, des fleurs dans les cheveux, de faux-nez, des habits bariolés, des poings levés, des crêtes hérissées… et on se chatouille les heures avec des vagabondages qui peuplent nos nuits et nos jours, on vit mille vies au son clair de nos chants.


Cela ne signifie jamais qu’on ne se soucie pas de ceux de la rue, en bas. Au contraire, on les plaint à ne jamais lever le nez pour humer l’air d’un ciel inventé, à ne jamais chanter l’aria qui s’élève d’une marche à l’autre dans le grand escalier de l’évasion, à ne jamais ouvrir leurs lourds manteaux pour accueillir notre soleil imaginaire. On les plaint d’être pris dans leurs filets soucieux et leurs grands chagrins d’adultes. On espère souvent, ne serait-ce qu’une fois seulement, qu’il soulève leur chapeau d’ennui et redécouvre les étincelles de leur regard d’enfant.


Aujourd’hui, j’ai vu passer un monsieur si lourd, si pesant, si pâle que je l’ai appelé ; les amis sont venus en haut des marches et m’ont accompagnée, psalmodiant:

- Venez, montez, venez, montez, chantions-nous les uns avec les autres, venez, montez…

Il a dû entendre nos murmures car il a regardé le mur, il s’est approché de lui pendant qu’on continuait notre appel. Il a secoué la tête :

- ces acouphènes, dit-il, me rendront fou !

Alors nous avons compris qu’il entendait, s’il entendait c’est qu’il était prêt à écouter. La voix de mes compagnons s’éleva, certains trouvèrent leurs instruments dans leur poche : un harmonica, un pipeau, un minuscule bandonéon.

On a entamé le concerto des jours heureux.

Vacillant, il s’est appuyé contre le mur, et son bras puis son corps tout entier a basculé sur les premières marches de l’escalier, il s’est rattrapé de justesse à la rampe.

Il est monté jusqu’à notre place de l’imaginaire, lentement, incrédule, peut-être un peu sonné.

 Quand il est arrivé près de nous, il a touché le bras de l’un, la joue de l’autre, les beaux cheveux roux de mon voisin, il a pris ma main et l’a serrée dans la sienne.

Alors il s’est mis à chanter. Il avait un timbre grave et doux, sur ses joues brillaient les étoiles du plaisir, sur les nôtres aussi.

 

 

polly


lecritconjure.blospot.com

Partager cet article

Repost 0
Published by azacamopol - dans 2012
commenter cet article

commentaires

elise 01/10/2012 22:25

Voilà, ce monsieur à su entendre et voir. De cette place imaginaire tous, vous l'avez accueilli avec plaisir et bonheur ..Texte qui montre que le bonheur des autres nous réconforte. Elise.

Ptitsa* 29/09/2012 16:40

Moi non plus, je ne saurais dire s'il est mort ou s'il a seulement changé de dimension (est-ce différent, d'ailleurs ?) et sauté à pieds joints dans l'imaginaire. J'aime que le choix de
l'interprétation reste ouvert... Les acouphènes m'ont fait bien rire, et je compatis avec toi pour ces passants "sans tête" dont les oreilles tellement bouchées prennent les chants de liesse pour
de pénibles zacouphènes ! Bravo Polly.

Babeth 28/09/2012 19:53

Tu as eu une idée originale polly! Alors, c'est vrai?... Ce sont eux, les personnages figés qui nous observent et nous plaignent en plus... Hi hi, c'est le monde à l'envers...

Azalaïs 24/09/2012 18:37

oh la jolie culbute! J'avais une grand-mère qui sur ses vieux jours croyait voir des lutins danser sur son lit et se cacher derrière la porte en attendant la nuit.
J'adore cette façon de passer de l'autre côté du miroir!
bises Polly

Martine du JdV 17/09/2012 10:15

aux portes de la mort, ses yeux se sont ouverts ...
je crois que je vais rester encor eun peu sourde au chant des sirènes ;-)
merci pour ce texte envoutant et belle journée

Dominique 06/09/2012 11:10

Bonjour Polly,

Quel joli texte !

Il faut avoir su garder comme ce vieux Monsieur, son âme d'enfant pour pouvoir entendre toutes ces choses que d'autres n'ont pas le plaisir d'entendre.

Merci pour cet agréable moment

Amitiés
Dominique

m'annette 06/09/2012 10:32

très beau récit!
je suis allée sur ton blog, mais je ne parviens pas à laisser de commentaire...

azacamopol 06/09/2012 10:49



merci M'Annette.


Pour blospot, je ne connais pas l'astuce pour laisser un commentaire, comme j'ai un compte gmail, ça s'est toujours fait facilement pour moi.


Si quelqu'un pouvait me l'expliquer.


 


 


Bonne journée à toi M'Annette.


polly



ABC 06/09/2012 09:48

Splendide !
Belle mélodie du bonheur "place de l'imaginaire"...

Quichottine 06/09/2012 09:35

Tu me fais pleurer, Polly !
Ton texte est magnifique.

Que je voudrais être ce vieux monsieur qui a osé franchir le premier pas vers l'Eden que tu dépeins là-haut !

J'ai cru un instant qu'il allait avoir une crise cardiaque... L'a-t-il eue ? Je ne sais, mais il a trouvé un ailleurs fantastique !

Passe une douce journée. Merci encore d'avoir pris le temps de publier les textes de ce jeu.

T'embrasse très fort.

Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.