Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 21:12

 

Le lion de Patricia

 

 

J’étais au départ l’auteure qui avait souhaité ajouter à son palmarès une séance de dédicace dans une grande librairie renommée du centre-ville de Limoges ; je croyais avoir frappé à la bonne porte  pour attraper des crampes au poignet à signer des autographes à qui mieux-mieux, sur des dizaines d’exemplaires de mon roman. Bien loin de tout ça !  J’avais tout faux et je barbotais dans le bonheur ! J’étais dans les courants d’air, larguée entre deux portes coulissantes qui s’ouvraient et se fermaient au rythme endiablé des allées-venues d’une clientèle indifférente à ma présence, et mon bel enthousiasme était retombé comme un soufflé au fromage trop cuit. J’imaginais le dôme doré dans la cassolette de grès, qui s’affaissait lentement et attisait déjà ma faim de lionne. Je savais que je n’avais aucune illusion à me faire, d’autant que personne ici, n’avait feuilleté une seule page de mon livre pour le mettre à l’honneur. Tout comme j’étais certaine d’une chose : le samedi suivant, la libraire BCBG ne manquerait pas de déplier le tapis rouge devant les pieds d’une célèbre écrivaine qui allait, elle, faire du chiffre… Moyennant quoi, j’en étais réduite à quémander un café ; pourtant, il aurait été bien sympathique de me l’offrir d’office. Je broyais un peu du noir mais  ce n’était pas parce que j’étais considérée comme une scribouillarde de quarante-troisième ordre, qu’il fallait me laisser abattre ! Je n’avais pas à me plaindre, j’avais de quoi m’occuper l’esprit. Il y avait une ribambelle de livres sur les étagères qui me permettraient de m’évader à titre gracieux. Mes yeux, attirés comme des aimants, se posèrent sur « Le Lion » de Joseph Kessel, ce livre paru l’année de ma naissance et qui avait tant marqué mes douze ans. Je saisis précautionneusement le livre tel un objet rare et précieux… Les années avaient passé mais je me replongeai avec le même émerveillement dans ce parc royal du Kenya où les animaux vivaient en liberté et dans une totale sécurité. Dans un rêve éveillé, je me glissai entre les pages du chef-d’œuvre de Joseph Kessel pour y rencontrer Patricia, petite fille de dix ans et King, le lion qu’elle avait recueilli et élevé : … En ces quelques instants, l’aube tropicale… avait fait place à l’aurore… Tout brillait, étincelait, scintillait… Les neiges du Kilimandjaro traversées de flèches vermeilles… J’entendis Patricia m’appeler… Un seul arbre s’élevait… Dans son ombre, un lion était couché sur le flanc. Un lion dans toute la force terrible de l’espèce et dans sa robe superbe. Le flot de la crinière se répandait sur le mufle allongé contre le sol. Et entre les pattes de devant, qui jouaient à sortir et à rentrer leurs griffes, je vis Patricia. Son dos était serré contre le poitrail du grand fauve. Son cou se trouvait à portée de la gueule entrouverte. Une de ses mains fourrageait dans la monstrueuse toison. « King le bien nommé. King le Roi. » Telle fut ma première pensée… Le lion releva la tête et gronda. Il m’avait vue… Le grondement mourut peu à peu… « Faites un pas », me dit la voix insonore. J’obéis. Le lion demeurait immobile. Mais ses yeux, maintenant, ne me quittaient plus… Je venais de faire un pas de plus. A présent, si je tendais le bras, je touchais le lion. Il ne gronda plus cette fois, mais sa gueule s’ouvrit comme un piège étincelant et il se dressa à demi. « King ! cria Patricia. Stop, King ! »… Le lion tourna la tête vers la petite fille, battit des paupières et s’allongea tranquillement. « Votre main, vite », me dit Patricia. Ma paume se trouva posée sur le cou de King… Je continuai à caresser rudement  la  peau fauve… (Je sentis sous ma main les muscles énormes et noueux onduler)… Je vis dans le regard que le grand lion du Kilimandjaro tenait fixé sur moi, je vis passer des expressions… qui appartenaient à mon espèce que je pouvais nommer une à une : la curiosité, la bonhomie, la bienveillance, la générosité du puissant… Et que l’échange, la familiarité qui s’établissaient entre le grand lion et l’homme montraient qu’ils ne relevaient pas chacun d’un règne interdit à l’autre… Fascinée et seulement à demi conscience de mes gestes, je me penchai sur le mufle royal et, comme l’avait fait Patricia, j’effleurai du bout des ongles le triangle marron foncé qui séparait les grands yeux d’or. Un frisson léger courut dans la crinière de King. Ses pesantes babines frémirent, s’étirèrent… La gueule s’entrouvrit, les terribles crocs brillèrent doucement… Alors Patricia me raconta en détail, et avec une nostalgie singulière, comment elle avait soigné, fortifié, sauvé le bébé-lion… Elle voulait me convaincre… que, dans la plénitude de sa force et de sa magnificence, King lui appartenait tout autant qu’à l’âge où, lionceau abandonné, il ne respirait que par ses soins… La petite fille, soudain, plia les genoux, sauta aussi haut qu’elle put et se laissa retomber, les pieds réunis, et d’un élan qui redoublait la violence de sa chute, sur le flan du lion… Puis, elle martela le ventre à coups de poing, à coups de tête… La patte formidable, au lieu de s’abattre sur Patricia et de la mettre en pièces s’approcha d’elle tout doucement, les griffes rentrées, cueillit la petite fille et la coucha par terre avec gentillesse…

Patricia chargea de nouveau et King riposta… Il ne se contenta plus d’envelopper de sa patte la taille de Patricia et de la déposer sur le sol. Il la renvoya comme une balle. Chacun de ses coups était un miracle d’élasticité, de mesure et de délicatesse. Il se servait du bout de sa patte ainsi que d’une raquette veloutée et frappait juste assez fort pour faire voler, sans lui infliger la moindre meurtrissure, un corps de petite fille… « Vous pensez que ce lion voudrait me faire mal ?... demanda encore la petite fille… Vous avez tort, dit-elle. Si je le désire, King vous mettra en morceaux tout de suite. On essaie ? »… King se dressa  d’une seule ondulation musculaire. Je ne l’avais pas encore vu debout. Il me parut colossal. Sa crinière était droite et dure. Sa queue lui battait les flancs avec fureur. Ses yeux n’étaient plus d’or, mais d’un jaune glacé. Ses épaules se ramassèrent. Il allait… « Non, King, non », dit Patricia. Elle posa une main sur les narines dilatées par la colère et claqua de la langue plusieurs fois, avec douceur. King retint son élan… « Il vaut mieux vous en aller », reprit gaiement Patricia… Patricia m’expliqua le chemin du retour… Elle sauta sur le dos de King. Je n’existai plus pour eux…

J’avais quitté  la savane africaine… J’étais à nouveau devant ma table de fortune littéraire,  « Le Lion » de Joseph Kessel refermé, dans les murs de cette librairie inhospitalière de Limoges qui n’avait pas su m’accueillir chaleureusement, d’où je m’étais échappée quelques instants. J’avais la tête embrumée mais je savais que grâce au Lion de Patricia, je tenais l’histoire de mon prochain roman. Je voulais effacer la fin tragique du Lion de Joseph Kessel, sécher les larmes de cette étonnante petite fille à la salopette grise,  aux cheveux noirs, au visage rond et hâlé, aux grands yeux bruns et immortaliser son King à tout jamais. Je lui fis une promesse : « Ne pleure plus, Patricia. Je reviendrai ! »


 

Béa Kimcat Riot


http://kimcat1b58.over-blog.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by azacamopol - dans 2012
commenter cet article

commentaires

Kimcat 31/10/2012 14:52

Coucou les filles,
Je tiens à vous remercier de vos gentils commentaires qui me font plaisir. Oui, vous l'aurez deviné, la séance de dédicaces est du vécu et le personnage principal de mon deuxième roman est bien un
lion. Presque terminé depuis deux ans... Une amie chère à mon coeur a lu mes écrits et m'encourage vivement de trouver vite une fin, afin de le publier. Il faudrait que je me motive. Avoir
participé à ce jeu d'octobre va peut-être m'y aider.
Toutes mes chamitiés.
Béa kimcat

Cecile 31/10/2012 10:12

Honte à moi, j'ai vu le titre de ce livre dans diverses librairies, il me faisait de l'oeil, mais je résistais vu mes nombreuses lectures encore en cours... mais là, je ne vais plus pouvoir y tenir
:-)
Merci Béa pour ce texte... et ton prochain roman, déjà commencé ? j'ai hâte de le lire. Bises

rosinda59 28/10/2012 19:19

formidable récit où se mélange souvenir et réalité. PASSE et présent... je sais que cela doit être difficile de voir la manque d'intérêt que l'on vous accorde et le mal que l'on peut ressentir. Des
espérances soudain écrasées par la triste réalité. Pas d'éditeur digne de ce nom pour vous faire passer en tête du palmares des auteurs et pourtant, combien d'écrits sont fades mais un nom et cela
suffit. Les gens sont souvent des automates qui obéissent au didact de la mode : cela fait bien de parler en société du dernier roman écrit par trucmuche même si vous n'avez pas compris un traitre
mot de son histoire... Où est passé notre liberté de penser et d'apprécier ce qui n'est pas dicté par les médias.... Mais n'abandonne pas... Il vaut mieux perdre une bataille dans la difficulté que
de triompher dans la facilité....
Bisous et merci pour ce merveilleux récit.
Régine

Babeth 28/10/2012 18:26

mais à propos Béa, à quand ce prochain roman? Est-ce qu'il a avancé?

Quichottine 28/10/2012 14:48

J'adore ce livre... et je trouve géniale la rencontre que tu as imaginée pour nous.

Les dédicaces sont souvent des moments un peu tristes pour les auteurs méconnus. (Je ne dis pas "inconnus" exprès)

Je comprends très bien...

En tout cas, tu m'as fait vivre un merveilleux moment. Merci !!!

Passe une douce journée.

ABC 28/10/2012 13:31

Sourire, pour la séance signature, j'ai connu, le même style de scénario, non à Limoges mais à St Étienne... Je ne pouvais même pas me plonger dans un livre, car nous étions 3 dans le même cas ce
jour-là et que les autres n'arrêtaient pas de "bavasser et de pleurnicher sur notre sort"!!!!!
Quant au lion, mille fois merci de m'avoir replongée dans ce livre magnifique que j'ai moi aussi adoré adolescente et relu avec grand plaisir... en plus, venant de toi, le choix du livre n'a rien
de surprenant, et le plaisir de te retrouver ici est vraiment grand !

M'annette 27/10/2012 22:37

J'ai lu ce livre il y a tout juste quelques mois, et il m'a bouleversée!
Merci à toi de l'avoir choisi dans cette chronique, et d'avoir cherché à consoler la petit fille...

polly 27/10/2012 22:20

Que du merci pour ce rappel d'un livre fantastique et que j'ai adoré.

Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.