Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 17:01

 

La part des anges

 


Elle a grandi en moi comme une fleur étrange, étrangère, sans bruit, occupant tout l’espace, me vidant de mes forces sans que j’y prenne garde. Mille fois j’ai voulu arracher ses racines profondes, mille fois j’ai voulu les mordre, les ronger, me détacher de ce fardeau que je n’ai pas choisi mais elle est toujours là, si faible, si vieille, si tragique. Qui est-elle vraiment ? Est-elle encore ma mère ou bien est-elle une autre ? Elle a cédé sur tout, soudain plus de défenses. Juste un grand corps informe, tête et jambes mêlées dans une longue plainte. Les hauts murs sont tombés. Sans doute faut-il capituler, se laisser transpercer par l’épée du pardon, balancer aux orties les anciennes rancunes, solder tous les vieux comptes, cautériser les plaies, renoncer à ces mots que l’on attendait tant, qui ne viendront jamais.


Aucun secours, aucune main tendue, juste elle et moi. Et si je me détourne,  elle sera toujours là se tenant devant moi frémissante de peur, avec ses grands yeux noirs débordant de tendresse, des yeux comme des vagues qui seraient égarées sur l’océan des jours ! Un pauvre paysage, dévasté, solitaire dans ses lambeaux de nuit et ses trouées d’étoiles. Il tente bien de ravauder ses prés pour combler tous ses manques, mais ça fuit de partout. La vieillesse a détruit ses humeurs bohémiennes, effeuillé à jamais la mémoire des mots, ne restent que ses yeux qui me disent encore :


- Tu te souviens comme j’étais joli avec les cheveux sombres de mes forêts profondes ? Et mes lacs de montagne que  j’assemblais sans fin pour en tisser mes robes et l’eau de mes torrents qui bruissait dans mes rires et la voix que j’avais pour chanter les moissons ? Tu te souviens dis,  des nuages assoiffés qui courtisaient parfois  le parfum de mes herbes et la douceur du vent qui m’emmenait danser ? S’il te plaît, ne m’abandonne pas ! Il est des jours où la folie me guette. Des idées tournent en rond comme des oiseaux noirs dans un ciel plein d’orage. Il vente dans ma tête, rafale sous ma peau, le temps est sans visage. Ne peux-tu remailler la trame des chemins pour que je puisse encore garder au cœur l’écume de mes joies et le sel de mes peines ?


Que répondre à sa quête ? Comment trouver du sens à ce naufrage programmé, ce vide tout à coup aussi grand qu’une mer ? Il suffirait d’un rien pour y noyer son âme. Comment trouver les mots pour éclairer l’angoisse de ses nuits ? Quels gestes, quels onguents pour adoucir la route, baliser l’errance de l’attente ? Où puiser le courage pour dénouer du ciel les sinistres présages, écarter les fantômes qui viennent à pas lents ? Je l’ai perdue je sais cette image première, celle que tous mes vœux ne cessaient d’espérer. Etait-ce pur fantasme cette flambée d’or pur qui vibrait au soleil ?


Dehors, le temps s’écoule tranquille et calme comme une porcelaine. Je voudrais bien ne plus penser à elle, n’y plus penser non, ne plus me laisser envahir ni par le chagrin, ni par la rage de la voir se laisser aller, se laisser couler. Le chant de l’angélus tinte dans le jardin : deux sons légers puis trois plus sourds et tout à coup cette envolée joyeuse. Le ciel est suspendu aux wagons des nuages et l’hirondelle enfin a retrouvé son nid. Mes chats se font la course entre lavande et romarin mais mon regard ignore l’infini de ces petites choses qui faisaient mes grandes joies d’hier. Je les vois mais ne les ressens plus. Elles me traversent sans me toucher. C’est comme si quelqu’un avait coupé le fil qui me liait au monde, avait construit une muraille invisible entre la chaleur du dehors et le froid du dedans, suspendue entre deux mondes : celui des plus tout à fait vifs et celui des vibrants, vibrants du désir de vivre, de découvrir, de connaître, de reconnaître, de renouer avec la vraie lumière et le parfum des fleurs, la présence des arbres, la saveur des saisons.

 

Quelle est la part de l’ombre, quelle est celle des anges ? À quoi bon tout ce ciel si c’est pour nous l’ôter.

 

Azalaïs


http://marge-ougreve.eklablog.com/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

elise 26/04/2014 21:21

Tous ces mots si bien trouvés pour décrire ces souvenirs malheureux , ce mal être et toute cette impuissance. Cela va droit au cœur; on ne peut qu'être touchés par toute cette émotion.
Ceci est tellement bien écrit Azalais .
Merci .Elise.

Pasfrevin 05/04/2014 15:49

Très émouvant en effet. Tout cela parle à chacun de nous.
Merci pour ce beau texte !

ABC 04/04/2014 22:02

Intense émotion en lisant tes mots à la fois magnifiques et tellement chargés de désarroi. La tempête est si forte chez l'une comme chez l'autre, les deux la subissent, et aimeraient enfin ouvrir
la porte à la part des anges...
Bravo d'avoir su et pu l'exprimer si intensément !

polly 04/04/2014 19:55

Démunie devant le ravage, comme tu as su creuse le mot qui court à cette perte.
J'ai ressenti chacun d'eux comme un chagrin immense.

Martine 04/04/2014 19:19

Ton texte me laisse sans mots tant il m'a émue car il me parle vraiment. Il est si bien écrit... Je n'aurais pu mettre des mots comme ceux-ci sur ce que je ressens. Belle soirée Aza

kimcat 04/04/2014 18:55

Coucou Aza
Ton texte bien écrit est très émouvant...
Bises de Béa kimcat

Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.