Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 10:13

L’emmerdailleuse.

 

- Dixième.

Jean-Louis et Katia, nos acteurs, descendent tranquillement le chemin, dans un semblant de discussion animée et s’arrêtent à un moment parce que Jean-Louis ne peut parler et marcher en même temps :

- Je l’ai accompagné jusqu’au début…

Katia éclate de rire, on attendait « jusqu’à la fin » et toute l’équipe aussi, sauf Bruno peut-être qui s’impatiente.

Derrière nous on entend un panier à roulettes qui descend de la petite route, je me retourne et distingue une fine silhouette toute noire, chapeau compris qui avance vers nous.

- Onzième, cette fois Jean-Louis tu fais attention, dit Bruno.

La silhouette décidée nous rejoint et avant que le moteur de la caméra ne se mette en marche nous interpelle avec une pointe d’agressivité mêlée de désapprobation.

- Vous faites quoi là ?

- Ben on tourne, dis-je

- Vous savez le droit à l’image ?

- Ben oui on sait !

- Parce qu’il y a des lois.

- Ben oui, on sait.

- Mais vous tournez quoi ?

Bruno patient explique pendant qu’on piétine entre micro, caméra et répliques que Jean-Louis répète pour ne pas perdre le fil.

Elle insiste.

- Mais pourquoi une fiction vous feriez mieux de faire un documentaire sur toutes ces antennes qui enlaidissent le paysage là-haut.

- Ah ? On n’avait pas vu ! Répliqué-je

Enfin elle nous laisse après maints commentaires sur ces antennes affreuses.

- Il faudra bien qu’un jour la mairie s’en occupe, en plus tout près de ma maison!

Le tournage reprend cinq minutes jusqu’à ce qu’elle revienne.

- Vous pouvez me donner le numéro de votre association.

- Vous avez Internet, lui demandé-je.

- Non.

Bruno toujours courtois pendant que Jérôme est presque énervé, et ça c’est un exploit, lui donnerait presque son numéro personnel si je n’intervenais. On cherche un stylo, un morceau de papier, on finit par trouver un mouchoir, mais non c’est pas commode, finalement une vieille note fera l’affaire : on est sauvé !

- J’étais journaliste au Progrès de Lyon, je connais bien toutes les lois sur l’image.

 - Ah ! Vous connaissiez aussi sans doute Jean-Marc D, alors, demandé-je histoire de la tester.

- Oh ! bien sûr, il est devenu enseignant, il a réussi le concours ! Quel courage ! Il paraît qu’il est en Bretagne actuellement. Bon, je vous laisse travailler.

Satisfaite, elle nous quitte enfin.

La séance de prise de vues recommence tant bien que mal.

Mais le panier à roulettes remonte.

 -Vous êtes assis sur l’escalier que mon grand-père a fait, il a toute une histoire, vous savez. Jean-Louis commence à s’agiter et regarde sa montre, il doit partir à 17 heures au plus tard, j’interviens pour qu’on reprenne rapidement.

- Bon, on tourne, sinon on est encore là à la nuit !

- Nous sommes pressés, dit Jean-Louis s’excusant presque.

Le moteur tourne enfin, pas longtemps, elle descend l’escalier, toujours avec son panier à roulettes.

- Vous savez cette maison a une histoire, mon grand-père a tout fait, aujourd’hui elle est louée parce que trop grande pour moi, il serait intéressant de la raconter.

- Bien sûr, Madame, dit Bruno, faites nous un récit et envoyez-le à l’association, on verra ce qu’on peut en faire.

Elle descend enfin la petite rue, son panier à roulettes derrière elle.

Et comme on veut filmer Jean-Louis descendre la même rue, on attend que la petite silhouette noire disparaisse au loin.

- Il vaut mieux ne pas la prendre dans le champ, dit Jérôme, elle nous ferait un procès pour le droit à l’image.

 

 

Polly

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ABC 02/02/2013 13:37

Et oui Polly, il y en a comme ça qui ont l'art de s'incruster et d'empêcher les autres de tourner en rond, vous êtes restés très corrects, j'en connais qui l'aurait bien envoyer sur les roses ou
dans les orties... En attendant cela nous vaut un beau texte qui fait naître le sourire.

Quichottine 02/02/2013 10:49

J'ai revu avec plaisir les personnages du film... j'ai ri, tout en vous plaignant d'être ainsi dérangés. :)

Un grand merci pour ce texte, Polly.

Tu sais, la consigne, c'était une piste de travail, et, moi non plus, je ne l'ai pas vraiment respectée. Elle était un peu compliquée.

Pour que ce soit parfait, il faudrait en fait que tu ajoutes entre parenthèses ce que tu pensais dans l'instant en l'écoutant.

Par exemple ("Encore ! Mais elle ne va donc pas nous laisser tranquilles !)

Tu sais... le petit diable qui fait éventuellement ressortir le pire alors que la politesse nous permet de garder le meilleur pour notre interlocuteur.

Bisous doux et belle journée à toi.

polly 02/02/2013 10:23

Je ne sais pas si j'ai vraiment respecté la consigne, Quichottine, mais j'avais envie de partager ce moment ancien, que j'ai réécrit pour l'occasion.

Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.