Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 00:30

L’atelier du photographe
(Premier tableau)

 

Sur la scène : une chaise. Un drap soyeux et froissé est posé négligemment sur son dossier et glisse lentement à terre, comme s’il était retenu dans sa chute par un fil invisible. Dans le fond, une grande glace voisine avec une plante verte du genre philodendron qui s’est lancée à l’assaut du plafond mais perd une à une ses feuilles pendant toute la durée du spectacle. Côté jardin, une porte bâille – un peu – et laisse entrevoir un lit défait. Côté cour, une fenêtre ouverte sur des volets fermés. Au sol, un tapis bariolé, mais dont les dessins sont à demi effacés.

Un homme entre par une porte que le public n’avait pas vue. À côté du miroir, elle était dissimulée par un rideau de velours de la couleur de la tapisserie.

Il va jusqu’à la chambre et jette sur le lit, depuis la porte, son manteau.

 

– Tant pis ! Je n’ai plus le temps de ranger ! Voyons… (Il compulse son agenda avec fébrilité. Le carnet tombe à terre.) Et Merde ! Elle a déjà plus de dix minutes de retard !


Il ramasse l’agenda, le feuillette à nouveau.


– J’avais bien dit neuf heures !

 

(C’est alors qu’il constate qu’il manque quelque chose dans son atelier.)

 

– Eh merde de merde de merde !

 

(Il soulève la soierie qui vient d’achever sa glissade et gît lamentablement sur le sol. Rien !)

 

– Mer… (L’homme scrute le public, comme s’il s’apercevait seulement de sa présence.)… credi ! Vous étiez là ? Déjà ?

 

Il retourne à la chambre, récupère son manteau tout dégoulinant de pluie. Il s’approche ensuite du devant de la scène et se penche sur les spectateurs du premier rang.

 

– Vous n’avez pas peur de l’eau ?

 

Il fouille minutieusement ses poches… puis celles de son pantalon après avoir envoyé le manteau sur une dame qui le rejette et s’ébroue en hurlant :

 

– Mais on n’a pas idée !

 

Sa voix ressemble à s’y méprendre au cri d’un chat échaudé. Lui, il répond entre les dents, ses mots sifflent avant d’enfler et d’emplir toute la salle.

 

– Idée ? Vous en avez peut-être, vous, des idées ?
C’est terrible ! Horrible ! Épouvantable !
Oui… je vous le dis, à vous ! Épouvantable ! Monstrueux ! Catastrophique !
J’ai perdu…

– Quoi ?

 

La dame est montée sur scène et se sèche les cheveux à l’aide d’un immense mouchoir blanc à carreaux bleus.

L’homme écarquille les yeux devant tant d’audace.

Elle a un aplomb incroyable !

Il est vêtu d’un jean éraillé et d’une blouse de peintre, très ample, parsemé de taches colorées qui révèleraient à un public averti d’autres passions.

 

– Alors ? (Insiste la femme plus doucement.)

– J’ai perdu… en fait, non, on m’a volé, j’en suis certain !

– Mais quoi donc ?

– Mon alter ego, mon unique raison de vivre, ma survie… mon appareil photo numérique !

– Ah ! (Elle semble déçue. Elle aurait préféré autre chose. Qu’il eût perdu son génie ou sa muse.) C’est tout ?

– Vous ne savez rien ! Il est unique ! On l’a fabriqué pour moi, il est adapté à ma main, à mes yeux, il pèse juste le poids nécessaire pour ne pas s’envoler en cas de coup de vent…

– Force 8 ?

– Ne plaisantez pas ! Ce sont des choses graves ! Il serait impossible de m’en procurer un autre, même si je le voulais !

– Oh ! C’est à ce point ?

– Oui… et plus encore ! Il vaudrait des millions !

– Et, bien sûr, vous ne les avez pas ! Dommage…

– Pourquoi ?

– Parce que… (La femme a le regard rieur de celui qui sait tout de la fin de l’histoire mais ne la dira pas avant l’heure.)

– Mais… (Il se tourne vers le public, comme pour rechercher un appui, une approbation.) C’est qu’elle se moque de moi ! Si ça tombe, c’est elle qui me l’a volé !

 

Il se jette sur elle. Le rideau tombe.


Fin du premier tableau.

 

Quichottine

http://www.quichottine.fr

 

 

Publié chez Quichottine le 2 février à l'adresse suivante :


http://quichottine.fr/2014/02/le-photographe-1.html


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Azalaïs 03/02/2014 22:52

hélas sans appareil photo, le petit oiseau ne va pas pouvoir sortir et la dame va être très très déçue !!!

Pasfrevin 02/02/2014 18:05

Il pleut sur la scène comme il a beaucoup plu en Provence : le le mistral s'est levé, un peu frisquet. Bien installé dans un fauteuil rouge et confortable au théâtre, j'attends la suite avec
impatience.
Bonne soirée et à bientôt !

kimcat 02/02/2014 17:28

Coucou Dame Quichottine
Après ce 1er tableau très prometteur, j'attends le 2e
Bon dimanche soir
Bises
Béa kimcat

ABC 02/02/2014 09:45

Je ne suis pas certaine qu'il n'est pas aussi perdu un peu la boule, mais ce n'est pas grave Quichottine va lui revisser sur la tête pour le 2eme acte.....

polly 02/02/2014 08:01

Vite! Vite! Aujourd'hui c'est la suite....
J'aime beaucoup l'idée de cette scène, mais quand même il a l'ego dégoulinant de goujaterie d'envoyer son manteau mouillé sur une spectatrice.

Et elle...

Non, j'attends.

Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.