Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 08:45

L’absence !


Voilà presque 10 ans que j’ai disparu. Le soir de nos 15 ans de rencontre : ne suis jamais rentré après ce choc à la tête où j’ai perdu la mémoire et où je n’ai jamais retrouvé le chemin du retour, de ma maison. Je me suis perdu si longtemps. Etait-elle toujours là ? M’attendait-elle derrière ce rideau que je ne reconnais pas ? M’aimait-elle toujours autant ? m’en voulait-elle de l’avoir abandonnée sans un mot ? N’arrivais-je pas trop tard ?


Qu’entends-je ? Un battement de cœur ? un soupir ? un cri furtif ? un murmure ?


Je tends délicatement l’oreille pour écouter l’histoire qui se cache derrière cette immense baie vitrée voilée. Quelle que soit l’opacité de cette ouverture, j’en deviendrai moins aveugle et peut-être trouverai-je la femme que j’ai laissée à l’intérieur et qui peut-être pleure encore mon absence ? du moins, je l’espère !


Ce bruissement est-il un appel à ma disparition ? Il faut que je désembrouille l’écheveau de ses rêves. J’avais perdu la mémoire, il me faut lui décrypter ses songes pour comprendre si elle veut encore de moi ou m’a-t-elle oublié ? s’est-elle remariée ? dois-je repartir ?


Elle semble endormie. La douceur de ce susurrement ne peut être qu’être ma femme. Je reconnais ce souffle ? cette respiration ? Je sens comme son parfum à travers ce mur de verre, j’en suis sure, elle est là !


J’aurais tant envie de crier à travers cette vitre que j’ai recouvré ma mémoire et que c’est le seul souvenir qui me revient depuis des semaines. ELLE, ma douce princesse, ma mie, mon amour, mon antre, mon éternelle ! Je ne veux pas l’effrayer, juste l’entendre, la voir, l’embrasser.


Je me meurs de ces images qui défilent en moi chaque nuit : sa longue chevelure dorée, ses jolies fossettes, ses yeux rieurs et tendres quand elle me regardait. Ses baisers langoureux, ses mains délicates, ses jambes à n’en plus finir tant elles étaient élancées.


Je crois en son amour éternel, elle m’a toujours promis l’exclusivité, l’immortalité de nos sentiments. J’ai peur tout de même ! 10 ans, c’est long !


Je crains qu’elle ne m’ait pas attendu (puis-je seulement lui en vouloir ?) mais en même temps je me dis que l’absence n’est rien quand on aime ! Je ne retiens qu’une phrase de Marcel PROUST : « L’absence n’est-elle pas la plus certaine, la plus efficace, la plus vivace, la plus indestructible, la plus fidèle des présences ? »


Je pose délicatement mes mains sur ce carreau froid d’où je peux entendre les pulsations de son cœur ?


C’est sur elle rêve encore de moi. J’entends mon prénom raisonné à travers les murs peu épais. J’entre à nouveau en symbiose avec elle, je respire à sa place, j’entends ses pensées comme autrefois où nous formions qu’un.


Je décide de glisser lentement cette baie vitrée : je pénètre dans cette chambre qui fut la mienne aussi. Je la regarde dormir, elle est seule. Je m’approche d’elle, je pleure de la voir aussi belle, elle n’a pas changé. A travers les lueurs de l’aube, je peux apercevoir ce grain de beauté sur la cuisse, car légèrement dévêtue. Mon cœur palpite à cent à l’heure. Mon amour jaillit. Que faire ?


Je décide de repartir car elle a du tant souffrir quand soudain, je sens 2 mains se poser sur mes épaules : une immense chaleur m’envahie ? Je me retourne, elle est là, sans un mot, elle pleure en silence mais je sens son amour pour moi, resté intact.


Je me retourne, je l’enlace, le temps s’arrête.


Elle ne m’en veut pas, elle comprend tout rien qu’à la transparence de mon regard. Elle me pardonne.


Je suis l’amnésique le plus heureux.

 

 

Plumélégère

http://plumelegere67.over-blog.com/

 

Le texte a été publié par son auteur à l'adresse suivante :

http://plumelegere67.over-blog.com/article-l-absence-96712277.html

Partager cet article

Repost 0
Published by azacamopol - dans 2012
commenter cet article

commentaires

Martine du JdV 22/01/2012 21:26

très émouvant ! merci

Plumelegere 16/01/2012 08:33

Bonjour et Merci pour vos retours.

Belle semaine à tous et au plaisir de vous lire !
Plumelégère

Senta 13/01/2012 19:45

L'amour s'est nourri de l'absence...

polly 12/01/2012 07:23

Ce retour: comme un rêve qui se réaliserait.

ABC 10/01/2012 18:33

Le temps n'a pas effacé le temps, il était encore temps...

m'annette 10/01/2012 16:09

bravo, belle imagination!

Izzabel R. 10/01/2012 13:37

Merci pour ce joli texte, tout en douceur et légèreté, pour des retrouvailles amoureuses. Tout va bien qui fini bien. J'ai aimé : "Il faut que je désembrouille l'écheveau de ses rêves"... Merci du
partage.

Quichottine 10/01/2012 13:37

Le dernier paragraphe n'apparaît pas ici... Mais je laisse, ceux qui veulent pourront le lire chez toi.

J'aime bien penser à cet amnésique heureux. :)

Merci pour cette participation.

Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.