Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 19:28

Je l’attends.

 

J’ai poussé le portail.

Comment se fait-il qu’il soit fermé ? Je l’ai ouvert tout grand.  Et comme chaque soir, je m’assois sur un des bancs près d’un mur.

Je l’attends.


Et je m’inquiète. D’habitude, depuis des mois, il est aussi ponctuel que moi. Ce soir, il ne vient pas, il n’est pas là à jaillir de l’allée. Je marche un moment d’un côté, puis reviens sur mes pas, m’assois à nouveau, le cabas est lourd sur mon bras.

Depuis des mois, on se retrouve ici, vers 16 heures. On s’étire au soleil, on se colle sous le parapluie quand il pleut. On papote.


Il n’est pas là. Je commence à imaginer tous les accidents possibles : il est passé sous une voiture, il a percuté un vélo, il a été battu par des voisins mécontents, il est enfermé quelque part. Et chaque image me fait blêmir d’angoisse. Je me rapetisse sur ce banc, je deviens vieille soudain, toute ratatinée.


C’est que la solitude, je connais. Rentrer chez moi, allumer le poste de télévision, fermer la fenêtre pour ne pas entendre les disputes du premier ou les chamailleries des enfants du troisième. Regarder le film se dérouler sans rien comprendre, manger un bout en continuant à ne rien comprendre, éteindre la lumière, me coucher et ne pas dormir parce que les bruits de la nuit encombrent mon minuscule appartement.


Alors mon rendez-vous de seize heures occupe mon esprit. Je pense à lui, à ce qu’il fait de ses nuits, à ses promenades sur les quais, à ses copains du quartier, ces vagabonds de la Seine qui cherchent pitance et ne la trouvent pas toujours. Je prépare le cabas avec mes petits moyens pour lui, pour qu’il ne dépérisse pas.


Pourquoi ne vient-il pas ?



Enfin, je l’aperçois, avec son allure fière, sa tignasse rousse. Il arrive à pas de velours comme toujours. Je me lève, impatiente et je me fige.

Il est suivi de cinq minuscules reproductions rousses. Ses enfants ? Je le croyais solitaire. Et je comprends que ce n’est pas Tonio que j’aurais dû l’appeler ! Je ne me suis jamais préoccupée de son sexe, à vrai dire … et arrive une mère avec toute sa portée.


Ciel ! Comment je vais faire pour nourrir tout ce monde ? Si j’avais les moyens je les prendrais chez moi.


Il vient se coller contre mes jambes, oh ! Flûte ! Elle vient se frotter comme chaque soir tout contre moi et me les présente. Qu’ils sont mignons et dégourdis déjà ! C’était ça son retard ! Ils n’allaient pas à son allure, elle devait veiller à les amener sans qu’ils s’égarent.


Il faut que je leur trouve un foyer, il y a sûrement encore des gens qui aiment les chats.


 

Polly

l'écrit conjuré

Partager cet article

Repost 0

commentaires

balaline 21/10/2013 21:31

Ta belle histoire est arrivée dans le jardin d'une de mes amies; depuis elle a adopté les quatre chats." Ils me portent bonheur" dit-elle et c'est vrai qu'elle a retrouvé son sourire.

elise 20/10/2013 17:37

Un rendez-vous habituel !! jamais d'écart, toute cette description ...Mais de qui s'agit-il enfin ? C'est comme un roman dont on veut en connaitre tout de suite la fin ...On ne lâche pas prise et
...Merci pour cette belle histoire Polly. Elise.

Joëlle 20/10/2013 10:43

Rhoooooo trop forte notre Polly, la chute est géniale !
T'embrasse tout plein

Babeth 15/10/2013 22:08

Génial! J'ai adoré ton histoire et la chute est encore meilleure!

Bab 15/10/2013 18:02

Oh ce rendez-vous avec un rouquin qui est une rouquine, trop sympa !

Quichottine 04/10/2013 10:57

Ta chute est inattendue, j'adore !!!

Merci, Polly, et merci pour les publications en cours.
J'avoue que je ne pensais pas que les textes arriveraient aussi rapidement.

Je rentre ce soir. :)

Passe une douce journée. Bisous.

Naniloup 04/10/2013 10:30

Jolie petite histoire ! J'adore les chats !

ABC 03/10/2013 21:41

Et oui quand il faut tirer toute une tribu c'est bien difficile d'être à l'heure, heureusement te voilà rassurer. Tout va bien, tout sera juste un peu plus compliqué...
Une de mes tantes avait un chat qu'elle avait appelé Ferdinand, un vrai fugueur qui au fil des années s'est révélé être une chatte, ton histoire me rappelle des souvenirs incroyables pour essayer
de la faire rentrer la nuit...

Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.