Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 21:49

 

GAVROCHE

 

…Des deux pièces qui battaient maintenant la barricade de la rue de la Chanvrerie, l'une tirait à mitraille, l'autre à boulet…..

 

Combien de fois avais-je lu "Les Misérables", je ne saurais le dire, mais j'en connaissais toutes les répliques et ce passage là, m'émouvait toujours autant. C'était celui là même où, les insurgés manquant de cartouches, Gavroche courageusement, s'apprêtait à allez en chercher au péril de sa vie. Dans quelques lignes il sautera de la redoute dans la rue et sa jeune vie sera fauchée en dépit de son courage. Pauvre gosse pensais-je, si quelqu'un avait pu le voir avant qu'il ne commette cette action. L'ai-je pensée très fort, trop fort, peut être, je ne sais pas . Quoi qu'il en fut et, aussi surprenant que cela paraisse, je me suis aussitôt retrouvée sur la barricade auprès de l'enfant.

 

- Mon petit ! Criais-je. Ne fais pas cela !

Le garçonnet tenant le panier qui devait lui servir à récupérer les cartouches qu'il s'apprêtait d'aller récupérer sur les corps des gardes nationaux,se retourna vivement et je vis son regard, traversé par un éclair de surprise. Une femme se dressant face à lui sur la barricade dans le grondement du canon et le fracas de la mitraille,ce n'était pas courant, mais de plus, vêtue d'un "sweat -shirt" et d'un "legging", cela avait en effet de quoi surprendre. Il ouvrit de grands yeux et, me toisant il dit :

 

- Citoyenne ! Primo je ne suis pas vôtre p'tit et secundo, ce n'est pas une femelle qui va me dire ce que je dois faire. Pigé !

 

- Gavroche ! Insistais-je. Il ne répondit pas. Alors sachant que le temps m'était compté et, voulant à tout prix l'empêcher de commettre l'irréparable, je me saisis vivement de son panier.

 

- C'était donc ça ! S'exclama-t-il - En voila de vilaines façons. S'attaquer à un loupiot pour lui prendre son bien. Vrai ! Si j'en avais pas un besoin urgent je vous l'aurais offert citoyenne, mais il m’est trop nécessaire. Au fait ! Comment vous connaissez mon blaze ? Je vous ai jamais vue ! Faut dire, qu'accoutrée de la sorte, j'vous aurais pas oubliée. Mais j'ai assez jacté faut qu'je décanille.

 

En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, il sauta dans la rue et rampa jusques aux gardes nationaux qui gisaient au sol. Je savais pouvoir le suivre sans risque, nulle femme ne fut jamais mentionnée dans l'œuvre de Victor Hugo et, ce fut ce que je fis.Je le suivis à travers l'écran d'une épaisse fumée qui avait envahi la rue.Il rampait, se relevait, sautait, courait, allant de l'un à l'autre, vidant dans son panier gibernes et cartouchières. Deux balles furent tirées dans sa direction sans pour autant l'atteindre. L'enfant vit que les tirs provenaient de la banlieue et c'est à la vue des gardes nationaux qu'alors, mains sur les hanches et cheveux au vent, il se mit à chanter en les narguant. Sa fin était proche. N'étant pas parvenue à lui éviter cela, je courus jusqu'à lui, ne voulant pas qu'il meure seul. C'est alors qu'une balle claqua et l'atteignit. Touché au font, il s'affaissa mais se redressant hardiment,il continua à chanter :

 

Je suis tombé par terre,

C’est la faute à Voltaire,

 

 

 

Arrivée auprès de lui,sans mot dire, je lui pris la main. Le regard déjà voilé par le spectre de la mort, il esquissa un faible sourire et pressa fort la mienne. Dans un dernier sursaut d'une volonté surhumaine il poursuivit :

 

Le nez dans le ruisseau

 

C’est la faute à...

 

 

 

Une autre balle stoppa net les derniers mots. Il s'abattit face contre terre, la vie l'avait quitté. Mon visage contre le sien, entre deux sanglots je murmurai alors:

 

 

C'est la faute à Rousseau !

 

 

 

 Dominique

http://antidotes.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Published by azacamopol - dans 2012
commenter cet article

commentaires

elise 31/10/2012 18:57

Les misérables: ici l'histoire de "Gavroche" est bien choisie pour cette consigne ( toutefois pas évidente ).De plus avec ce remaniement plus" moderne" et l'envie aujourd'hui de le sauver
,malheureusement son sort restera le mème. Belle relecture.ELise.

aimela 18/10/2012 10:28

J'aurai bien aimé moi aussi sauvé Gavroche malheureusement, il était écrit qu'il mouurait avec ou sans aide . Bien essayé et c'est très beau ce texte

Pasfrévin 07/10/2012 20:15

Et bien moi je pense qu'il aurait fallu le sauver, après tout pourquoi ne pas faire vivre Gavroche, que serait-il devenu la barricade franchie ?
Ou bien en effet, on ne peut pas faire autrement, les héros sont fait pour mourir, mais c'est bien dommage. Bien tenté l'extraterrestre et merci pour ce bon moment !

jean-marie 07/10/2012 16:19

c'est de toute beauté !
et si émouvant !
on vit cette scène avec toi
on chante avec Gavroche
et on meurt encore une fois avec lui
le front et le coeur à jamais déchirés...
merci
amitiés
jean-marie

polly 06/10/2012 19:46

C'est la faute à Voltaire, bien sûr que tu n'aies pu le sauver, pourtant Gavroche, juré, craché, aurait dû s'arrêter.
Une nana qui vient mettre son grain dans son histoire de cartouches, habillée comme une extra-terrestre... Mais voilà, la grande petite âme ne pouvait que tomber par terre...

Tu as choisi une si belle page du père Hugo qui en a fait pleuré plus d'un.

Merci d'avoir essayé Dominique.

Oh ! My Loop ! 06/10/2012 19:37

Elle était en legging

Lui, courait sur les pavés, bravait la mort...

Quant à notre bon Victor,

Il faisait tranquillement son jogging...

Loop

Dominique 06/10/2012 16:32

Bonsoir,

Je suis ravie de constater que ce texta a su retenir votre attention et je vous en remercie.

Bises à toutes et belle fin de wwek end.

Dominique

M'annette 06/10/2012 14:21

bravo!
on voudrait pouvoir refaire l'histoire....

Kimcat 06/10/2012 10:59

Coucou !
Bravo Dominique ! C'est réussi ! C'est une scène qui m'a aussi beaucoup marquée en lisant les Misérables (la première fois à 11, 12 ans...)
Il me reste à choisir "mon" roman pour faire le même exercice...
Bon samedi
Béa kimcat

ABC 06/10/2012 09:14

Gavroche tel qu'en lui-même, avec un soutien affectueux d'aujourd'hui ! Vraiment très beau !

Martine Eglantine 06/10/2012 07:09

J'ai beaucoup aimé Dominique, j'aurais bien aimé que tu puisses le sauver mais j'ai néanmoins beaucoup aimé la fin. Bon week-end

Babeth 06/10/2012 04:25

ah oui, magnifique participation! "Les misérables", quel beau roman! Bravo Dominique.

Quichottine 05/10/2012 23:00

C'est un personnage que j'adore aussi... Merci, Dominique !
C'est vrai que j'aurais aimé pouvoir me retrouver près de lui... mais je sais que je serai arrivée aussi bien trop tard.

Merci pour ce merveilleux moment.

Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.