Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 17:32

 

Ma cathédrale ancienne


On ne fait pas, dit-on,  de la bonne littérature avec de bons sentiments !
je ne cherche pas à faire de la bonne littérature...
surtout quand il s'agit  de nostalgie,
nostalgie d'un temps où il n'y avait que rarement la nécessité de vraiment sévir dans les écoles...
mais ou personne n'hésitait à sévir...
ni à récompenser d'ailleurs !
où nous avions la foi...
On croyait au travail,  on croyait à l'effort... 
Ô mânes de celui, grand homme de progrès, qui avait osé dire "il faut apprendre difficilement les choses faciles"
pauvres hussards noirs de la république, aimés de Péguy et de Pagnol, sacrifiés  d'abord en 14-18... 
et les successeurs peu à peu éliminés depuis par les technocraties imbéciles.
On croyait à l'apprentissage sans concessions,
on croyait au Métier,
on croyait au mérite.
il y avait les classements
il y avait la distribution des prix
il y avait le tableau d'honneur
nous n'avions pas peur du mot "sélection"... nous n'en parlions jamais.
mais on savait aussi s'occuper des laissés pour compte de la société
on ne promettait pas de distribuer à tout le monde un diplôme mythique, une peau d'âne, un simple laisser-passer pour partir, sans provisions, vers n'importe où faire n'importe quoi...
vers un disneyland illusoire et cruel.
il fallait le gagner
c'est ainsi que tant d'élèves ont bâti leur palais
car nous avons parfois pu faire ce qu'il fallait au bon moment.
et c'était notre but
aider à construire,

construire et ce faisant se construire...
Si je tenais les responsables irresponsables qui ont gâché ce potentiel et tant d'espérances... 
et ont fait pour beaucoup du Métier, pour les plus jeunes, les débutants, toujours exilés, et sans aide réelle, une véritable galère...
Qui sont-ils ces prédateurs?  
où sont-ils ces démolisseurs prétentieux?
sous les lambris dorés des palais républicains ?
pontifiant dans quelque Académie ?
expérimentant et vieillissant tranquilles dans les utopies criminelles...

Excusez, je m'égare... simple licence plus ou moins poétique...


 

  Métier

 


une vie d'un travail pas très dur d'évidence
car je suis toujours là sans raison à pleurer
je réussis parfois à trop bien me leurrer
je n’ai pas enduré l'indicible souffrance

 


 mon Métier m'a donné beaucoup de jouissance
même si j'ai souvent semblé peu rassuré 
le maître qui doutait mais savait inspirer
des élèves vaillants et plein de déférence 

 


alors que manque-t-il à ma vie maintenant
ardent je ne suis plus à instruire un enfant
je peux le regretter... les flammes sont éteintes 

 

bien que je l'aie nié j'aimais ma profession
si je l'ai dénigrée pour de sottes contraintes
 j'en respecte à jamais l'attachante mission 

 

 

 

 

jean-marie

www.passage1.com


Partager cet article

Repost 0
Published by azacamopol - dans 2010
commenter cet article

commentaires

Martine du JdV 11/12/2010 15:17


oui hélas beaucoup de choses ne sont plus, il faut s'adapter mais à quoi ?
pendant quelques années j'ai eu l'impression d'être une girouette .. puis je me suis arrêtée et depuis je n'en fais qu'à ma tête ... mais c'est plus facile en maternelle


Dan Rodgerson 05/12/2010 16:07


Aujourd'hui il existe toujours des passeurs, ceux qui inscrivent les générations montantes sur la ligne temporelle, celle où elles nous remplaceront un jour.
Mais l'éducation suppose du temps et de la persévérance loin de l'agitation, de la précipitation et de la performance immédiate... et loin d'une marchandisation de plus en plus grande de
l'éducation.


Catheau 05/12/2010 15:46


Comme vous, pendant des années, j'ai eu en face de moi de jeunes visages, curieux ou las, intéressés ou indifférents. Je ne parviens pas à les oublier et j'ai été heureuse de leur transmettre mon
amour pour la littérature. Merci de me les avoir rappelés une fois encore.


claudie 02/12/2010 16:55


Votre très beau texte m'a donné la nostalgie de ces heures passées devant un pupitre, à écouter la maître sévère et instruit qui aimait ses élèves comme ses enfants. Merci pour l'encre bleue
enfuie.


Azalaïs 02/12/2010 09:24


c'est un peu ce que je dénonçais dans un commentaire sur le gribouillage de Mijoty au feutre, je me souviens encore de ce dérapage anodin mais qui pourtant était très révélateur
autrefois il fallait apprendre à colorier proprement ses cartes de géographie, apprendre à ne pas dépasser, respecter les couleurs, savoir les limites, le dedans et le dehors, dessiner patiemment
les frontières et puis petit à petit tout cela est passé à la trappe, les professeurs de dessins sont devenus professeurs d'arts plastiques... je me souviens de ma seconde fille qui pour répondre à
une consigne du prof d'arts plastiques sur le détournement d'un tableau a voulu refaire au crayon de couleur le joueur à l'as de carreau en donnant aux personnages des têtes d'animaux( son dessin
était magnifique!): le prof lui a mis 10 et a voulu en plus barbouiller son dessin avec des feutres fluos
la fois d'après, pour répondre à une autre consigne sur le chaud et le froid, elle a découpé une image de désert dans un magazine géo et a collé dessus la photo d'un aquarium (pas folle la guêpe,
elle avait tout compris!): elle a eu 18!!!
tout est là jean Marie, je ne sais pas comment nous avons basculé dans ce foutoir mais quand je vois la profession évoluer, l'inculture de nos enfants qui trouvent que lire est une perte de temps
je me demande bien comment nous allons sortir de ce foutoir!


Mahina 02/12/2010 09:12


un écrit "sur le métier", que je partage...


Blj73 02/12/2010 05:08


Comme j aurais aime être votre élève, Jean-Marie !


ABC 01/12/2010 22:02


Aider à grandir, ne peut être que beau !
Et ceux qui le font doivent être remerciés, le jeune en comprendra plus tard tout ce qu'il leur doit...
Le métier d'enseignant fut, est et sera beau, tant qu'il sera respecté et apprécié à sa juste valeur...


polly 01/12/2010 19:54


Oui, Jean-Marie, c'est une mission encore attachante malgré tout ce que tu dénonces. Les enfants d'aujourd'hui vivent dans la facilité, ils ne savent même plus faire d'efforts quand ils ont une
passion. Il leur manque du rêve, il leur manque du désir.
Je crois qu'ils sont plus à plaindre qu'à blâmer.

On a toujours eu cette ardeur pour leur donner le meilleur, les jeunes profs aussi, ils construiront avec eux des cathédrales un peu différentes.

Merci pour ce partage émouvant.


Quichottine 01/12/2010 17:41


Aider à se construire, aider à construire...

C'était aussi une belle cathédrale que l'œuvre d'une vie tournée vers les autres.

Merci, Jean-Marie.


azacamopol 05/12/2010 17:25



Ce texte a été publié chez Jean-Marie à l'adresse suivante :


http://www.passage1.com/article-ma-cathedrale-ancienne-62158587.html



Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.