Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 09:40

 

Billet d'excuse

 

Madame la Directrice,

 

Je vous prie de bien vouloir excuser l'absence de ma fille Éponine aux cours d'hier matin.

 

Lorsque ma fille et moi sommes arrivés devant l'école, celle-ci venait de fermer.

 

J'ai en effet dû me rendre à l'hôpital de la Charité et de toute urgence car j'avais un morceau de verre planté dans la tête qu'il me fallait faire ôter car vous savez combien les blessures du cuir chevelu saignent abondamment.

 

Cela est arrivé alors que je traversais notre boutique en compagnie de ma fille pour la conduire dans votre établissement ainsi que je le fais chaque jour de classe. La vitre de notre devanture a volé en éclats à la suite de l'explosion d'une bouteille de gaz dans la pizzeria d'en face. Le pizzaiolo avait été distrait  par le bruit de la vitrine du bijoutier qui s'est également brisée car le chargement d'un camion de vitrier lui est tombé dessus lorsqu'il a heurté la voiture qui le précédait. En fait, il y a eu un véritable carambolage de cinq voitures qui ont stoppé net parce qu'un landau traversait la rue tout seul.

 

Je vous prie de pardonner mes propos qui peuvent paraître quelque peu confus et décousus, mais je suis déterminé à vous livrer toute la vérité pour le bien de ma fille, dussé-je sortir amoindri de cette histoire.

 

Le landau se déplaçait tout seul mais il n'était pas vide, il y avait un gosse qui hurlait à l'intérieur. Sa mère était tombée dans les pommes de l'épicier et les pommes "tout court"  car elle venait de recevoir sur la tête les bégonias de Monsieur Monk qui avaient traversé le store de l’épicerie. Sous le choc, elle a lâché le landau.

 

Ce n'est pas dans les habitudes de Monsieur Monk de jeter ses bégonias par la fenêtre. Je ne connais pas une personne plus soigneuse que lui. Il n’y a qu’à voir ses chaussures. Il déteste le désordre. Chaque chose à sa place. On raconte que chez lui, tout doit être symétrique avec une précision mytho maniaque. Non, c’est le chat de Madame Bertrand. Elle habite l’appartement au dessus de celui de Monsieur Monk. Madame Bertrand a un chat très joueur. Elle a l’habitude de jouer avec lui et l’amuse avec une balle. La balle a rebondi par la fenêtre et le chat a suivi la balle. La balle et le chat ont atterri sur le balcon de Monsieur Monk. Enfin, je veux dire, les pots de bégonias qui se trouvaient sur le balcon. Les pots ont roulé et sont tombés sur le store de l’épicier du rez-de-chaussée. Vous connaissez la suite.

 

Quant à moi, je saignais abondamment et j'ai donc décidé de passer rapidement à l'hôpital pour un point de suture avant de déposer ma fille à l'école. Hélas, ma voiture n’a pas démarré et il a donc fallu que je retrouve de vieux billet de bus que j'avais mis de côté au cas où.

 

Ma fille et moi avons couru jusqu’à l’arrêt de bus à trois cents mètres. Ma fille a perdu sa chaussure mal lacée et bien sûr le car est parti sous notre nez.

 

Nous avons attendu le suivant qui devait passer dix minutes après, mais à cause de l'embouteillage provoqué par le carambolage précité, nous l'avons attendu plus d'une heure.

 

J’étais en train d’ôter un chewing-gum collé sous la chaussure de ma fille en constatant que ses chaussettes étaient dépareillées quand la monnaie que j’avais dans la pochette de ma chemise est tombée dans l’allée. Il a fallu que je me mette à quatre pattes pour ramasser les pièces, quand le contrôleur m’a écrasé un doigt en me réclamant mon billet. En me relevant, j’ai été pris de vertige, d’une crampe et de fourmillements dans le pied.

 

Ma seule consolation était de me dire que je n'allais pas à l'hôpital pour rien. Ajoutez à cela que le bus ne manquait aucun nid-de-poule. C’est pour ça que j’ai pris une décharge électrique dans le coude sur le sac à main d’une grosse dame peinturlurée dont le parfum était plus entêtant qu’un munster de trois semaines.

 

Visiblement, le contrôleur était mal dans sa peau. Faut dire qu’il avait un visage ingrat, des yeux surplombés de verres épais, un sourire constipé, des boutons, une haleine horrible, des oreilles en portes de grange et des épaules en carafe. Il parlait avec une patate chaude et je ne comprenais rien de ce qu’il me disait.

 

Je vous prie de pardonner à nouveau mes propos si je m'emporte mais ce névrosé m’a fait payer une amende parce que nos billets étaient soit disant périmés depuis plus de six mois. J'avais beau  et on était tellement serrés que j’avais le nez en plein sur l’aisselle moite et faisandée de mon voisin qui avait une odeur à couper au couteau de bovin diarrhéique.

 

Et ne me parlez plus du service des urgences de l'hôpital de la Charité. Il n'a d'urgence que le nom.

 

Pour ces quelques motifs de désagrément qui, je l'espère, sauront retenir votre attention, je vous prie de bien vouloir excuser l'absence d'Éponine.

 

Veuillez… (suivait alors un convoi de compliments et de congratulations de nature à faire rougir un bataillon de homards)

 

Oncle Dan

 

http://oncledan.over-blog.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by azacamopol - dans 2011
commenter cet article

commentaires

JCP (n'adhère pas à Fesse-bouc) 05/03/2011 15:30


Ce que c'est que de nous quand ça veut pas ....

Jean-Claude


Catheau 26/02/2011 13:45


Abracadabrantesque, comme dirait l'autre !


claudie 23/02/2011 06:02


Oh mon pauvre ami, ta vie est une série de catastrophes. J'espère que tu es bien soigné et que l'air de l'hôpital ne contient ni vilains staphyloques, ni monstrueuses bactéries malodorantes.


le bonjour du matin chère Amal, et quelques clics 22/02/2011 14:07


Un passage pour vous souhaiter une belle journée!!
Amitié.
Pierre.


kranzler 22/02/2011 14:01


Bovin diarrhéique : j'adore cette expression! Je demande l'autorisation de pouvoir l'utiliser deux fois par semaine, de vive voix - c'est possible. J'utilise souvent le terme de "chacal puant"
lorsque je veux parler d'une personne déplaisante. Un doute me vient d'ailleurs à ce sujet : un chacal, des ... chacals ? chacaux ?


aimela 22/02/2011 10:26


morte de rires sur une imagination débridée, on dirait du Chaplin , j'aime


ABC 21/02/2011 16:55


J'ai appris un jour que "le hasard était la rencontre de deux séries causales indépendantes", ici le hasard a rencontré le hasard qui lui même a rencontré un autre hasard qui lui aussi a rencontré
un hasard, comme par hasard, chaque hasard a eu ce jour là l'occasion de faire la connaissance avec un autre...
Dis-moi oncle Dan, sais-tu combien de hasards existent-ils sur terre ????


jean-marie 21/02/2011 11:11


la lecture de ta lettre est un immense éclat de rire
quelle imagination
que d'images percutantes !
le sommet de l'extravagance et du rocambolesque de bon aloi !
merci pour ce bon moment
amicalement
jean-marie


Lilou-Frédotte 21/02/2011 10:00


morte de rire. Une imagination mais parfois la réalité dépasse la fiction. A l'hôpital qui se fout de la charité on ne t'a pas demandé ta carte vitale § Elle n'était de toute façon pas à
jour...
Lilou


Quichottine pour Azacamopol 21/02/2011 09:47


Heureusement que les odeurs ne traversent pas l'écran... Je suis morte de rire, Oncle Dan !

J'adore tes descriptions !

Merci pour ta participation. :-)


Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.