Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 11:49


172ème heure sans dormir



Je me demande qui, à cette heure ci, frappe à la porte. Pour être tout à fait franc, en fait, je me moque de savoir qui. Quant à l'heure, il est 9 heure, ce qui peut sembler un horaire décent. Mais ça fait plus d'une semaine que je ne dors pas. Ma femme est partie en emmenant le chat-des deux c'est lui qui me manque le plus. Depuis, je ne m'assoupis d'un sommeil troublé qu'aux premières lueurs de l'aube.


Ca parle derrière ma porte, ça continue à taper. Cette insistance et cet entêtement bovin, ça ne peut être que la concierge et son candélabre de mari. D'ailleurs, je reconnais leurs voix sur le palier. Une semaine que je ne suis pas sorti et que j'ai éteint le téléphone pour ne pas être dérangé, ils ne s'imaginent quand même pas que je vais ouvrir juste pour voir leurs têtes! Je tire la couverture sur moi et m'enfonce dans l'oreiller. Plus trés net mon paddock, mais je ne sais même pas où sont rangés les draps propres.


Ils insistent. La sonnette maintenant, en petits coups brefs et irritants, puis de nouveau ils toquent à la porte. Mon sommeil fracassé s'est planté en éclats douloureux juste derrière mes yeux. Le boucan qu'ils font explose en pointes de feu dans mon crâne trop petit.


Je ne répondrai pas, ils vont bien finir par s'en aller.
Eh bien non, ils sont toujours là. Ca parle, ça s'agite là derrière, impossible de me rendormir. Mon coeur cogne dans ma tête comme un oiseau paniqué. Ils ne vont donc pas s'arréter?! Une rage impuissante enfle en moi. En quelques jours j'ai perdu toute ma vie, et ces médiocres veulent me priver des quelques rares instants de répit qui me sont accordés. La douleur pulse, de mes mains tremblantes je me comprime les tempes, mais rien n'y fait.
Ils sont deux maintenant à taper sur la porte en appelant mon nom. Je me lève et titube jusqu'au vestibule. Je ricane intérieurement. Une semaine que je ne me suis pas lavé, pas rasé, pas changé. Si je leur ouvre dans cet état ils vont prendre peur. Mon champ de vision s'est réduit à une mince fente, et chacun de leurs coups me secoue jusqu'à la moëlle.


Je fixe la porte martyrisée, comme si le poids de mon regard avait le pouvoir de les faire reculer. Et je constate avec horreur que je n'ai pas fermé le verrou. Une semaine qu'elle est partie, une semaine que je vis sans avoir tiré le verrou, à la merci du premier venu qui aurait pu rentrer sans problème. L'angoisse m'anéantit, je tremble de frayeur rétrospective, et mon cerveau n'est plus qu'un magma de souffrance en ébullition.


Ils sont trois maintenant à tenir conciliabule sur mon paillasson. J'entends le halétement rauque de mon asthmatique de voisin. Ce vieux cafard s'inquiète -soi disant- de ne pas avoir entendu signe de vie chez moi depuis plusieurs jours. D'habitude ils se plaint toujours que je fais trop de bruit.


Je décroche mon piolet suspendu dans l'entrée depuis mon dernier week end à la montagne. Qu'is s'avisent encore seulement d'effleurer ma porte, et je vais leur donner une bonne raison de s'inquiéter.


Un doigt se vrille sur la sonnette, je serre les doigts sur le manche pour ne pas hurler tant j'ai mal, j'ai l'impression que ma tête se déchire. Et à travers le kaléidoscope flou qui a explosé dans mes yeux je vois s'abaisser la poignée de la porte

 

 

 

Fubuki

 

http://laudes-et-complies.skyrock.com

 

Partager cet article

Repost 0
Published by azacamopol - dans 2009
commenter cet article

commentaires

vegas sur sarthe 02/12/2009 13:34


A mon avis, ils ne vont pas tarder à rester plantés là... sur la porte


marie henriette 27/11/2009 14:15


bien décrite le crescendo de l'angoisse et puis si bien décrite que l'on se sent "ne plus respiere"!!!!super merci arieth


claudie 27/11/2009 05:48


Une angoisse qui monte d'un cran à chaque coup porté à l'enfermement. Il a raison cet homme de regretter la présence douce de son chat.


ABC 26/11/2009 21:42


Pour une fois que des voisins s'inquiètent, il devrait être plus gentil ...


Anouk 26/11/2009 19:40


Une belle description de la folie, je trouve.


Azalaïs 26/11/2009 13:20


une belle progression dans l'angoisse et l'horreur! Ça ne va vraiment pas bien dans sa petite t^te, il faut planquer le ricard ou lui rendre son chat!


Zie 26/11/2009 12:44


Extra... J'adore...


polly 26/11/2009 12:18


Angoissante ton ambiance. Surtout ne frappe pas, ils sont tellement inquiets, et c'est rare.


Nous

  • : Le blog d' azacamopol
  • Le blog d' azacamopol
  • : Le blog a été ouvert le 24 janvier 2008. Jusqu'au 1 mars 2017, Azalaïs, Lilousoleil, Polly et Quichottine vous y ont proposé des jeux d'écriture en toute simplicité.
  • Contact

Bienvenue

L'inspiration de Fragonard

La consigne a retrouvé sa place dans les pages, module de droite.

 

Avez-vous pensé à offrir un petit texte de présentation à la Petite Fabrique d'écriture afin de figurer dans liste de ses membres ?

Rechercher

Important

Important !

 

Depuis le 1er mars 2017, les nouvelles publications sont effectuées sur notre nouveau blog.

 

Nos "annales" continueront à être publiées sur ce blog, à raison d'une publication par mois.

 

Merci.

Jouer avec les mots


Vous avez envie de vous amuser avec les mots ?
Vous aimez écrire à partir de jeux, de thèmes, d'images et
vous n'osez pas vous lancer ?
La Petite Fabrique d'Ecriture vous convie à ce un moment de détente.
En toute simplicité, venez jouer avec les mots selon
une consigne donnée, à laquelle vous participez ou non selon votre envie
et votre inspiration.
Rien n'est obligatoire sinon s'amuser.